Une réunion houleuse entre les résidents de Corona del Sol Estates et le propriétaire d'un foyer de groupe d'aide à la vie qui sera bientôt développé dans leur quartier a attiré une foule de propriétaires pour exprimer leurs scrupules. Des étincelles ont volé alors que les habitants exprimaient leur consternation face à ces plans dans le quartier chic de South Tempe. – Photos de Billy Hardiman pour Wrangler News

Par Joyce Coronel

«Lorsque vous achetez dans un quartier et que vous vivez aussi longtemps, vous voulez des voisins. Je n’ai pas construit ma maison pour qu’une entreprise devienne ma voisine », explique Gwen Mastin alors qu’elle envisage le futur foyer de groupe avec assistance à développer dans son quartier de South Tempe, Corona del Sol Estates.

Les maisons calmes et haut de gamme situées à l'ouest de McClintock Drive et au sud de Warner Road ont été construites il y a des décennies lorsque des champs de terres agricoles dominaient la région.

Mastin et son mari ont élevé leurs enfants dans la maison qu'ils ont construite et n'ont jamais imaginé qu'une entreprise leur surgisse à côté. «Il s'agit de gagner de l'argent», explique Mastin. "Que se passe-t-il si son permis – il peut être révoqué s'il ne le paie pas à temps – que se passe-t-il si cela ne tourne pas pour lui financièrement?"

Jim Robinson, propriétaire d'Avana Assisted Living, l'entreprise basée à Tempe qui a acheté la maison au 1426 E. Calle de Arcos, dit que la propriété était tombée en pré-forclusion quand il l'a achetée l'été dernier. La société possède une deuxième propriété au 44 E. Knight Lane, près des routes Rural et Carver, qui a déjà été transformée en foyer de groupe avec assistance. Il n'y a pas encore de résidents là-bas.

Robinson a déclaré qu'il ne se rendait pas compte de l'ampleur de l'industrie de l'aide à la vie en milieu résidentiel jusqu'à ce que son propre père, souffrant d'Alzheimer, devienne résident dans l'un de l'Illinois.

«Au fur et à mesure que je fais mes recherches, il est incroyable de voir combien de résidences-services résidentielles existent dans la région de Phoenix», dit Robinson.

«Dans certaines parties de la vallée, vous pouvez lancer une pierre et frapper environ 50 de ces maisons. Et vous ne le sauriez jamais de l'extérieur parce qu'ils ressemblent à n'importe quelle autre maison d'habitation. »

C'est un confort froid pour des gens comme Jill Etienne, qui vit près de la propriété sur la Calle de Arcos.

«Nous pensons simplement que ce type de développement changerait la dynamique du quartier et la raison pour laquelle tout le monde vit ici», explique Etienne. Elle et son mari ont emménagé à Corona del Sol Estates l'été dernier, attirés par les précédents propriétaires de leur maison qui leur ont dit que c'était un quartier très familial avec des fêtes de quartier et d'autres rassemblements sociaux. Il est question entre les résidents concernés de mettre en commun leurs ressources pour engager un avocat pour lutter contre le développement de la maison par Avana Assisted Living, Calle de Arcos, a expliqué Etienne.

  Coûts de rénovation d'une maison: combien coûte la rénovation d'un ...

Voisins concernés

Mark Kaiser, président de la Corona del Sol Estates Neighbourhood Association, a rencontré Robinson.

"Les préoccupations du quartier tournent autour de la circulation excessive et d'un changement de l'ancien quartier familial à la présence d'entreprises intercalées parmi les résidents", a déclaré Kaiser.

«Le souci est que si vous avez un foyer de groupe avec 10 patients, vous allez évidemment y avoir des soignants qui apporteront un certain nombre de voitures quotidiennement et ensuite vous aurez des visiteurs. On craint donc qu'il y ait plus de circulation que la normale dans la rue. »

Robinson rétorque qu'il a déjà un plan pour apaiser ces craintes.

"Nous allons créer une tonne d'espace de stationnement. Nous avons déjà une belle grande allée, mais nous allons également créer une allée de rond-point. Il y a plusieurs autres maisons dans le quartier qui en ont. »

Selon Kris Baxter-Ging, un responsable de l'information publique de la ville de Tempe, il y a 74 foyers de groupe actuels ou en attente à Tempe.

«Une fois qu'un foyer de groupe a soumis sa candidature, nous l'ajoutons à cette liste afin de ne pas demander à un autre foyer de s'inscrire dans la même région. Ces foyers sont destinés aux soins aux adultes, aux personnes handicapées ou aux refuges pour enfants », a déclaré Baxter.

Le code de zonage et de développement de Tempe prévoit également une distance de séparation de 1 200 pieds entre la ligne de lot d'un foyer de groupe et la ligne de lot d'un foyer de groupe existant. C’est un peu moins d’un quart de mille, donc selon la taille du quartier, il est possible que plus d’un foyer de groupe puisse être établi dans un quartier de Tempe.

Les voisins ont posé des questions et exprimé des inquiétudes, mettant Jim Robinson, le propriétaire au défi, de répondre à leurs inquiétudes considérables pour l'avenir de leur communauté familiale.

Réponse de Chandler

Chandler voisin a une restriction similaire d'une distance de 1 200 pieds entre les foyers de groupe. Selon Stephanie Romero, responsable de l'information publique pour la ville de Chandler, il y a 222 foyers de groupe enregistrés ou en attente à Chandler.

David de La Torre, directeur de la planification au Département des services de développement de Chandler, a déclaré que le code de zonage de la ville permet aux foyers de groupe d'avoir jusqu'à cinq résidents. Cependant, un foyer de groupe pour les résidents handicapés peut demander une «dispense d'aménagement raisonnable» pour avoir plus de cinq résidents jusqu'à un maximum de 10.

  Façon la plus abordable de construire une maison | Accueil Guides

«De manière générale, les personnes vivant dans une maison de repos avec assistance sont considérées comme handicapées. La définition d'un handicap dans le code de Chandler reflète la définition utilisée dans la loi fédérale qui protège la discrimination des personnes handicapées, qui est très générale et inclut divers types de handicaps », a déclaré De la Torre.

«À Chandler, il y a actuellement 27 foyers de groupe enregistrés ou en attente comptant plus de cinq résidents. Huit de ces 27 sont autorisés à avoir 10 résidents. »

Bien que les travaux n'aient pas encore commencé sur la préparation de la propriété Calle de Arcos pour son utilisation prévue,

Robinson a déclaré qu'il prévoyait de commencer les travaux de démolition d'un jour à l'autre et espère que la rénovation sera terminée d'ici le 1er mai.

La ville de Tempe a approuvé le permis de construire de Robinson le 19 janvier. Il doit maintenant attendre l'autorisation de l'État, ce qu'il demandera après l'installation d'un système de gicleurs et d'alarmes. Il espère que les résidents de Corona del Sol Estates ressentiront différemment la présence d'un foyer de groupe dans leur quartier une fois qu'ils auront constaté que leurs préoccupations actuelles ne se sont pas concrétisées.

"J'espère qu'au fil du temps, non seulement ils toléreront simplement le fait que je suis là, mais qu'ils pourront réellement l'adopter", a déclaré Robinson.

Valeurs des propriétés

Les résidents de Corona del Sol Estates ne semblent cependant pas apaisés par ces affirmations, comme en témoigne l'apparition de 50 ou 60 résidents du quartier lors d'une réunion d'information le 1er février qui s'est réchauffée et a provoqué des voix et des cris.

«Cela s'est traduit par des attaques personnelles contre moi», a déclaré Robinson. «Ils m'ont traité de serpent et de menteur.»

"Le calme va disparaître avec 10 personnes qui y vivent", a déclaré Mastin à Wrangler News. "Il ne s'agit pas d'être compatissant … il s'agit de gagner de l'argent."

Selon le site Web d'Avana Assisted Living, le prix mensuel de l'installation commence à 5 000 $ pour une suite privée avec salle de bains. Les logements les plus chers coûtent 7 500 $ pour une suite de deux chambres avec demi-salle de bain et terrasse.

Kaiser, le président de l'association de quartier, a visité le foyer de groupe d'Avana sur Knight Lane. La maison y est plus grande que celle de la rue de Arcos, a-t-il déclaré.

"À l'intérieur, il était propre et propre et neuf – il était ouvert et aéré", a noté Kaiser.

Toujours selon Kaiser, le souci est que la valeur des maisons dans la région puisse glisser avec la création de foyers de groupe dans des rues tranquilles comme la Calle de Arcos.

Nick Bastian, un agent immobilier de South Tempe qui habite non loin de la propriété, a offert son point de vue sur la situation.

  Comment construire une maison de moins de 50K

"Je ne sais pas si cette utilisation particulière sera l’un des utilisateurs préférés du quartier, mais je ne pense pas que cela aura un réel impact négatif", a déclaré Bastian.

«Ces types de propriétés – selon la façon dont elles sont gérées et gérées – souvent, vous ne savez même pas qu'elles existent.»

Et, a-t-il noté, faisant allusion à un autre problème épineux pour la communauté, 10 personnes âgées résidant à côté de l'aide à la vie pourraient être une alternative plus silencieuse à la possibilité d'un Airbnb de 10 chambres. Les villes de tout le pays sont aux prises avec ce nid de frelons depuis quelques années.

En fait, une autre maison de South Tempe l'année dernière a été convertie en une location de vacances avec des pelouses pavées et, selon certaines informations, une occupation de 10 chambres, que la législature de l'État a déclaré que les villes ne pouvaient pas réglementer.

Contrairement à un Airbnb «Je dois être autorisé par l'État», a déclaré Robinson. "Mon permis sera sur le mur et il y aura des inspections régulières."

Alors que le projet de la Calle de Arcos se poursuit, Robinson devrait aller de l'avant avec la rénovation dans l'espoir d'avoir bientôt des résidents. Quant à la propriété de Knight Lane, il a déjà des réservations et des dépôts en place.

"Il y a une forte demande pour cela", a déclaré Robinson. "Tempe est mal desservi."

La maison de vie assistée Tempe provoque un tollé alors que les voisins craignent …
4.9 (98%) 32 votes