Le blog de l'immobilier neuf

21
Oct
2015
7
Ecole d'architecture de Toulouse et promoteurs immobiliers

Comment imaginer les portes de Toulouse de demain ?

L’Ecole Nationale Supérieure d’architecture de Toulouse (ENSA Toulouse) et la Fédération des Promoteurs Immobiliers de Midi-Pyrénées (FPI Midi-Pyrénées) présentaient le 20 octobre dernier un projet partenarial original et unique en France. L’idée, faire se rencontrer étudiants en architecture et promoteurs afin de nourrir une réflexion commune sur les solutions d’urbanisation pour l’agglomération toulousaine de demain autour d’une identité territoriale forte : « Utopies Urbaines, imaginer la ville toulousaine de demain. » La conférence, introduite par Monique Reyre, présidente de l’ENSA Toulouse, et animée par le professeur et architecte Uli Sehr et  Patrick Saint-Agne, président de la FPI Midi-Pyrénées, réunissait promoteurs toulousains et journalistes.

ENSA Toulouse et FPI Midi-Pyrénées « Mettre à plat la production immobilière » dans la métropole toulousaine

D’un côté, de futurs architectes travaillant souvent « en vase clos, dans des écoles assez peu ouvertes sur l’extérieur« , selon les mots de Monique Reyre.

De l’autre, les promoteurs immobiliers qui, pour Patrick Saint-Agne, « souffrent d’un déficit d’image et d’a priori négatifs chez les architectes qui appréhendent la promotion immobilière assez tard au cours de leur expérience professionnelle. » Justement, Laetitia Vidal, directrice commerciale de Procivis Midi-Pyrénées et responsable de la commission Marketing et Communication de la FPI Midi Pyrénées, s’est confronté aux étudiants architectes lors du premier atelier : « Ils sont sans concession, ont un parlé vrai, et une volonté d’aller vite sur les questions importantes. Et leurs réactions nous font aussi nous questionner sur notre métier de promoteur« .

Ce partenariat pédagogique semble couler de source pour Uli Seher : « les architectes ne maitrisent pas les problématiques de pression foncière, ni la chaîne de valeur de la production immobilière« . Il apparaît donc naturel que promoteurs et étudiants se rencontrent en amont des opérations. « Connaître le pourquoi du comment permet à l’architecte d’apporter le meilleur pour un projet immobilier. »

Extrait de la présentation de Uli Seher - ENSA Toulouse

Extrait de la présentation de Uli Seher – ENSA Toulouse

L’objet de la convention porte sur une réflexion communes sur les « portes de Toulouse, » des zones hétérogènes mêlant faubourgs, zones industrielles et parcelles agricoles. Toulouse jouit en effet d’un centre-ville à l’identité forte, peut-être bientôt classé au patrimoine de l’Unesco, et ces « franges de ville » sont les principaux supports de l’évolution urbaine de l’agglomération. Il s’agit donc de réfléchir à la « mise à plat la production immobilière. » Uli Sehr se demande si « Toulouse va continuer à se développer avec des quartiers pavillonnaires à gogo, ou si l’on peut évaluer son évolution en donnant des définitions visuelles à ce que nous voulons de ses territoires ? » Et c’est ici que la réflexion commune des étudiants et des promoteurs toulousains prend tout son sens.

Quelle identité donner au futur développement urbain de Toulouse ?

Le poncif est connu : Toulouse, c’est la brique rose et le cassoulet. Le raccourci a le don d’agacer Patrick Saint-Agne qui rappelle que la volonté de coller à cette identité patrimoniale dans la construction immobilière de ces 30 dernières années a produit des résultats plus que mitigés.

Uli Seher insiste sur le fait que le travail des étudiants en architecture consistera ce semestre à « définir une réelle identité architecturale propre à la région toulousaine.» Il s’agira par exemple d’isoler les spécificité climatiques, la géographie locale, de dresser une typologie des constructions, ou d’aller à la rencontre des habitants afin de comprendre les pratiques et usages dans leur espace de vie. Comment cohabiter avec le monde agricole ? Comment composer avec des zones qui se retrouvent à l’abandon après 17h30 ? Voici des questions concrètes auxquelles les étudiants et les promoteurs devront répondre ensemble.

Alors que les projets architecturaux se sont globalisés et se ressemble de fait, que les métropoles françaises sont en concurrence, Patrick Saint-Agne espère que les échanges avec les étudiants conduiront à « une écriture de l’identité architecturale de la ville. L’ambition commune est d’aller vers plus de qualité architecturale pour magnifier la ville et lui offrir une identité régionale propre.» Monique Reyre insiste sur ce point : « que la FPI ait l’intention d’améliorer la qualité architecturale de Toulouse est remarquable. C’est ainsi que se construira le patrimoine de demain. »

Où sont les portes de Toulouse ?

Les portes de ToulouseLes 30 étudiants en Master 2 d’architecture vont explorer pendant six mois de nouvelles approches d’aménagement des portes de Toulouse lors d’ateliers menés avec une dizaine de promoteurs toulousains. Organisés en petits groupes de travail, ils planchent déjà sur les cinq entrées de Toulouse identifiées, en grande partie dessinées par les axes autoroutiers. Citons l’entrée Sud-Est correspondant à la vallée de l’Hers, ou l’entrée Nord (Saint-Jory et Lespinasse). Seule l’entrée Ouest (Brax et Léguevin) échappe à ce déterminisme autoroutier.

Phoebe et Maxime, qui travaillent sur l’entrée Nord de Toulouse, prennent à cœur d’imaginer ce que sera cette zone péri-urbaine qu’ils qualifient de « France moche« . « Nous avons choisi ces ateliers car ils laissent  de la place à l’imaginaire. Ce sont aussi le type de zones sur lesquelles nous travaillerons lorsque nous seront architectes. Mais nous n’en sommes qu’au début : nous avons analysé le secteur et défini les enjeux. Nous nous attaquons maintenant à la stratégie : quoi et comment construire pour l’avenir« .

 

Les projets des étudiants en architecture seront présentés à la presse le 18 mars 2016, lors du Salon du Logement Neuf de Toulouse, organisé par la FPI Midi-Pyrénées.

 

L’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse accueille plus de 800 étudiants par an et propose des formations de la licence au post-master. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’école Toulouse.archi.fr.

 

 

Poster un commentaire